L'aventure des couches lavables continue, et je vous dois la vérité, toute la vérité !

Quelques jours après avoir vanté les mérites des couches lavables, alors que nous étions passés aux lavables toute la journée (mais pas encore la nuit), gnôminette a développé un érythème fessier. Un très gros même, avec micro cloques et fesses ensanglantées. Aïe, bobo...

Il paraît que ça arrive, avec les lavables. Dans les couches jetables, il y a de nombreux produits chimiques pour absorber les odeurs, l'humidité et garantir un effet "fesses au sec". Dans les lavables, même avec des voiles de protection en micropolaire, la peau est beaucoup plus en contact de l'humidité, et parfois les bébés qui ont une peau sensible développent un érythème. Ma fille en fait partie. Super.

Dans ce cas là, pas grand chose à faire malheureusement : arrêter les lavables le temps que ça cicatrise, et tartiner de crème, encore et encore. Ca n'a pas été facile à faire partir. Presque 3 semaines après, on recommence tout juste à mettre une lavable de temps en temps (une ou deux dans la journée) et je vois bien que sa peau n'est pas encore tout à fait nette !

J'ai lu sur internet qu'on pouvait tenter plusieurs choses pour éviter ça. Alors j'ai commencé par décrasser mes inserts (il faut faire tremper les parties absorbantes des couches toute une nuit dans de l'eau vinaigrée, additionnée de produit vaisselle, puis les faire tourner sur un cycle long à 60° en machine) ce qui a eu l'avantage de les détâcher aussi.
Et puis on m'a parlé de mettre de la fécule de pomme de terre au fond de la couche (comme on mettrait du talc) pour absorber l'humidité, ou d'utiliser un "voile de bourrette"... Et là j'avoue que ça complique un peu les choses, moi qui trouvait que les couches lavables c'était finalement assez simple, ben en fait, peut-être pas tant que ça ! Mouarf mouarf mouarf...

Mais bon, allez, on tient le coup !